mylife Stories

Le lapin de Pâques apporte généralement avec lui de nombreuses friandises. Personne ne devrait se priver du plaisir de chercher les œufs en famille, avec les enfants ou les petits-enfants, que l'on soit diabétique ou non. La technologie moderne le permet. 

Les sucreries ne sont plus taboues pour les diabétiques

À l'approche de Pâques, la tentation est grande pour tout le monde d'acheter des lapins en chocolat et autres friandises. Ce que les enfants aiment fait également le bonheur de nombreux adultes. Le fait est que les sucreries ne sont plus un tabou pour les personnes atteintes de diabète. Elles doivent simplement tenir compte du bilan global des glucides - et le chocolat normal contient beaucoup de graisses, ce qui ne fait que lentement augmenter la glycémie. 

L'Association allemande du diabète (DDG) recommande un apport maximal de tous les types de sucre jusqu'à dix pour cent de l'apport énergétique total. Pour 2000 kilocalories par jour, cela correspond à environ 50 grammes de sucre - ou à un lapin en chocolat de 100 grammes. 

Tenir compte de l'augmentation de l'apport en sucre à Pâques 

Le problème du sucre de table est qu'il passe rapidement dans le sang et fait grimper la glycémie. C'est pourquoi la quantité d'insuline doit être augmentée en conséquence pendant les jours sucrés. Un système hybride en boucle fermée avec algorithme intégré peut s'avérer très utile. Il adapte l'apport aux variations quotidiennes et diurnes des besoins en insuline et compense si trop peu d'insuline a été administrée à un repas.  Le système observe si la quantité d'insuline était appropriée et corrige si nécessaire. 

Les meilleurs conseils de Pâques pour les personnes atteintes de diabète 

  • Toujours rester en mouvement : Une promenade à Pâques permet de consommer des glucides et aide à maintenir une courbe de glycémie plate. 
  • Déguster le chocolat en connaissance de cause.  
  • Le chocolat amer a une teneur en cacao plus élevée et a moins d'effet sur la glycémie. 
  • Attention aux œufs fondants, ils contiennent presque exclusivement du sucre. 
  • Il n'est pas nécessaire de consommer du chocolat spécialement conçu pour les diabétiques. Il est préférable de toujours garder à l'esprit le bilan global. 
  • Un nid de Pâques ne doit pas contenir que des sucreries. La coloration des œufs est amusante. 

Ne pas avoir peur du lapin de Pâques 

Les personnes atteintes de diabète ne doivent donc pas craindre l'augmentation de l'apport en sucre à Pâques. Elles devraient néanmoins - et cela vaut également pour les personnes non diabétiques - savourer les sucreries en toute connaissance de cause et faire davantage d'exercice physique, en particulier pendant les fêtes, avec des repas copieux et des friandises. 

Retour